Gestion Forestière

Le pillage des forêts, principalement en zones tropicales, et ses incidences climatiques, environnementales, sociales et économiques obligent dorénavant à prendre conscience de l’urgence à modifier nos comportements et l’application de règles internationales, de légalité, de qualité, d’éthique, est devenue une première nécessité, impliquant une réflexion différente.

La dégradation des forêts tropicales et l’exploitation illégale, alliées au laxisme des gouvernements des pays de production sont devenues des préoccupations majeures au point que des mesures strictes se mettent en place à la mesure du processus FLEGT et du Règlement des Bois de l'Union Européenne désireuse de ne laisser entrer que des bois légaux sur son territoire.

Néanmoins, illégal ne rime pas qu'avec tropical : dans tous les pays, sur chaque continent, circule du bois illégal, frauduleusement soustrait des forêts, pour alimenter des circuits peu vertueux mais économiquement rentables.

Mettre un terme à l'hypocrisie générale, espérer réellement pouvoir faire avancer les choses ne sont pas des utopies. Cela passe par de la formation, de l'implication, une prise de conscience générale, beaucoup de respect et de volonté.

plantation
deforestation

Application de règles internationales, de légalité, de qualité, d’éthique.

Ainsi, s‘amorce un virage en faveur de plantations durables et une implication de plus en plus forte dans ce domaine,

nécessaire si l’on veut que l’exploitation forestière raisonnée puisse perdurer et que les forêts du monde, tropicales ou tempérées,

puissent continuer à mettre à disposition des consommateurs, des produits de qualité adaptés aux utilisations spécifiques à chaque essence.

La préservation des forêts nécessite des interventions de dépressage afin de permettre à des sujets d'avenir de croître

et d'ensemencer et pérenniser la forêt par la croissance de jeunes sujets.

Or, la vie des arbres étant similaire à la nôtre, avec l’âge, ils sont sujets à s’affaiblir et développer des maladies.

Par conséquent, laisser une forêt intacte signifie s'en désintéresser et la précipiter vers la dégradation.

La lutte engagée contre les émissions de C0² et le réchauffement climatique nécessite des forêts vigoureuses, capables d’absorber du carbone,

et seuls des arbres en pleine croissance dégagent de l'oxygène tout en consommant eau, lumière et carbone.

L'exploitation forestière n'est pas synonyme de destruction, loin s’en faut.

Néanmoins, les exploitants doivent se sentir responsables des concessions sur lesquelles ils travaillent et les protéger en les aménageant durablement,

à l’image des grandes sociétés d'exploitation qui se sont engagées sur la voie de la vertu en dépensant des sommes colossales

pour accéder à la certification et justifier la légalité de leurs produits.

Enfin, la forêt paie également un lourd tribut aux coutumes ancestrales et à l’ignorance.

"Elle est si grande et nous sommes si petits qu'on peut s'en accaparer une partie" prétendent les populations rurales qui,

agissant comme leurs parents et grands-parents, brûlent la forêt pour des besoins pastoraux ou pouvoir cultiver,

la coupent pour des besoins en bois de feu ou charbon, sans s'imaginer un seul instant qu'ils sont des milliers à raisonner

chaque jour de la sorte et précipiter la disparition de la forêt.

Des plantations à la forêt

 

La forêt et le bois sont des passions, et l’implication personnelle que l’on porte au respect de l’une dans le souci de la qualité de l’autre

nécessite une connaissance affinée du contexte dans son ensemble et sa complexité.

Planter est chose facile mais planter de manière adéquate nécessite de l’expérience en la matière et par conséquent de nombreuses expérimentations,

de multiples observations permettant de faire des choix appropriés.

La mise en place de l’amont nécessite une parfaite maîtrise de l’aval sans oublier une propension à se projeter dans l’avenir :

sans une vision à long terme, la rentabilité de la forêt est irrémédiablement compromise.

De tous temps, en tous lieux, la forêt dans son ensemble a été malmenée, au profit de l’agriculture et de l’urbanisation.

Or la forêt est nécessaire à la vie, empêchant l’érosion, les ruissellements, les inondations, ou la désertification.

La disparition d’un tel écosystème, aussi complexe que riche et diversifié, abritant de très nombreuses espèces et populations animales

(mammifères, oiseaux, reptiles, insectes), végétales, fongiques et microbiennes entretenant pour la plupart d’entre d’elles des relations d’interdépendance,

aurait des retombées catastrophiques non seulement pour les populations locales touchées de plein fouet, mais pour la planète entière.

Qu’elles soient forestières, agro-forestières, urbaines ou périurbaines, représentant la création d’emplois, limitant la migration, participant au développement local et à la diversification des revenus, et pour autant qu’elles soient correctement pensées, dans un intérêt général et non seulement dans un but économique, l’impact positif des plantations sur les populations et l’approche de la forêt qui en découle est une évidence.

Suivez-nous sur Linkedin - Follow Us on Linkedin
Suivez-nous sur Facebook - Follow Us on Facebook
Suivez-nous sur Twitter - Follow Us on Twitter
Logo Faswood

Copyright 2016-2017 @ FAYSWOOD www.fayswood.com V 5.3 06.2016

FAYSWOOD Group - TAM sarl Ambahibe, Lot D41bis/Z Moramanga 514 (Madagascar) NIF 4000728355

Conditions Générales de Vente

Création de site web ACWS.be Logo